mercredi 26 février 2014

La Cabarette

L'hiver touche à sa fin, déjà le printemps pointe le bout de son nez, le bout de ses fleurs. Les cognassiers du Japon s'habillent de rose pourpré, les oiseaux revendiquent leur territoire et nous, nous avons envie de robes légères, de déjeunés en terrasse.

Dans le potager aussi, l'hiver prend fin, encore quelques poireaux que déjà les fèves se mettent en feuilles.

Voici venue la saison de la Caberette.


Dans le livre "Origine Nord & Pas de Calais" édité par l'Espace Naturel Régional, la Cabarette est citée comme la plus emblématique, sans doute la plus connue de nos variétés régionales. Réputée avoir été trouvée dans une haie en Flandre maritime, dans le secteur de Volckerinckhove (tout près de Bollezeele), elle est citée dès 1894.
Elle serait en fait le résultat d'une hybridation entre une pomme russe et une variété flamande. Lesquelles ? Ce n'est pas précisé.
Toujours est-il que notre chère Cabarette est connue en Belgique sous le nom de Président Vandievout, une personnalité locale, mais cette notoriété est toute relative. Tandis, que chez nous, en Flandre française, elle est le symbole même de la rusticité et tient donc une place de choix. 
Et c'est au pépiniériste Hector Demey de Bollezeele, qu'elle doit sa réputation et son éparpillement à travers tout le territoire, de proche en proche. Chaque village se l'approprie et la rebaptise jusqu'en Normandie où elle prend le nom de Calville. Dans l'Avesnois, à Englefontaine, elle se nomme Reinette de Cuja, tandis qu'à Autreppes en Thiérache on l'appelle "Saint Omer".


Bref, cette petite pomme qui ne manque pas de caractère, se cueille tard, quand elle est gorgée de sucre, fin octobre, début novembre, après la chute des feuilles. Il n'est pas rare de voir en plein mois de janvier, des pommiers chargés de fruits. L'idéal est de la récolter en deux fois : d'abord les pommes situées en périphérie, puis quinze jours plus tard, celles du centre.


La cabarette se consomme tout l'hiver et au printemps, la peau à peine fripée, on la retrouve sucrée et ayant perdue son acidité, toute croquante.

L'article précise encore, que tout verger devrait posséder un pommier cabarette, tant l'arbre est solide et éclatant de santé, les pommes de taille moyenne à grosse présentent un épiderme "finement lavé de rose sur la joue exposée au soleil"


Je ne finirai pas cet article sans parler d'Yser Houck, qui s'est battu voici quelques années pour remettre ce pommier à sa juste place dans notre campagne.

Bon appétit

Belle journée

A bientôt

Frédérique

3 commentaires:

  1. Bonjour Frédérique, je sens d'ici l'odeur des pommes ! du coup je suis allée sur le site des croqueurs de pommes de Touraine... ces jolies pommes qu'on oublie ! Faites-vous des "douillons aux pommes" chez vous ? c'est bon...
    Bonne journée ! ici il pleut, mais positivons, hier il faisait très beau...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Catherine. Je suis allée voir la recette des douillons. Et comme pour toute recette régionale, il y en a autant qu'il y a de cuisinière ! Je n'ai pas connaissance de ce type de recette en Flandre, mais je me rends compte que sans le savoir j'ai réinventer cette recette et je l'ai régionalisée : des fruits secs, de la cassonade et du genièvre de Houlle bien sûr et un peu de crème épaisse ! J'ai aussi, par hasard, créé le douillon à la fraise.... Une grosse fraise bien sucrée, une feuille de menthe ou un brin de lavande, une cuillère de crème épaisse, le tout enfermé dans de la pâte feuilletée et c'est tout le parfum de l'été qui jaillit lorsque l'on casse la croûte ! Pour le temps, même programme, magnifique hier, pluie aujourd'hui et même espoir puisque le printemps pointe le bout du nez. A bientôt. Belle journée.Frédérique

      Supprimer
  2. Bonjour Frédérique,

    En lisant l'article sur la pomme cabarette, je trouve intéressant votre écrit sur l'historique de cette pomme régionale pour éviter qu'elle disparaisse au profit des nouvelles pommes vendues qui sont sans goût et traitées un maximum.
    Je recherche une ou plusieurs photos de cette pomme (différentes de celles de votre site). Je fais cette demande ici car je n'ai pas trouvé de lien pour vous contacter par mail.
    Pourriez-vous m'indiquer un moyen de vous contacter par mail ?
    Merci.
    Cordialement,
    Etienne

    RépondreSupprimer

Je vous remercie de prendre le temps de laisser ici un commentaire. Vos petits mots sont l'énergie positive de ce blog. Frédérique